logo

Daniel GELIS

Né en 1942, Gelis vit et travaille à Orléans. Peintre de la transparence des lumières, il s’est imposé très tôt sur le marché de l’art. Sa première exposition, en 1969, à la Galerie de Saxe, à Paris,  à l’âge de vingt- sept ans,   lui ouvre les portes des cimaises les plus prestigieuses. Dès cette date, il expose dans le monde entier: à Paris et en province, à Amsterdam, Tokyo, Moscou, Washington. A New York et en  Allemagne, en Italie et en Suisse, au Canada, en Chine, à Singa

Photo : Patrice Delatouche ©

pour, à Tahiti et en Nouvelle Calédonie, en Côte d’Ivoire, au Gabon et au Sénégal.

Plus de cent-vingt expositions et sa présence dans  de nombreuses collections publiques et privées témoignent du rayonnement de son œuvre et de sa grande notoriété sur le marché de l’art international.

Lauréat de plusieurs prix, dont le Prix Jean Meunier du Gemmail et la Médaille d’Or du salon des Artistes Français, l’artiste a aussi illustré un recueil de poésie d’Alain Naud, « Pour l’oiseau bleu qui brûle ». Deux monographies ont été éditées sur sa peinture, « L’eau féconde du désir » et « Transparences et lumières rêvées ». Daniel Gélis, poète de la lueur et des présences, artisan de haute peinture,  aime à se définir comme un peintre « transfiguratif ».

Au chapitre de de la présence récurrente de la femme dans son œuvre,  Gélis élude avec franchise et pudeur: « Elles font partie de mes thèmes obsessionnels, comme les arbres et l’eau, mais je ne veux pas chercher à savoir pourquoi, car ça romprait le charme. »

     



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *